Les animaux ne nous appartiennent pas et nous n’avons pas à les utiliser pour nos expérimentations, notre nourriture, nos vêtements ou nos divertissements, ni à leur faire subir la moindre autre forme de maltraitance.

Demandez à votre maire de s'engager pour des cirques sans animaux !

En France, un maire a le pouvoir d'empêcher les cirques de s'installer sur l'espace public de sa commune. Faites entendre votre voix contre le dressage, la captivité à vie, la détresse, l'ennui profond et les problèmes de santé dont sont victimes les animaux exploités dans les cirques en faisant savoir à votre maire combien ces spectacles sont cruels et en lui demandant de prendre les mesures adaptées.

Enfermés la plupart du temps dans des cages ou des enclos, transportés sur les routes par tous les temps, contraints de faire des tours pénibles, privés d'activités suffisantes et d'une vie sociale normale, les animaux sont en souffrance dans les cirques. La Fédération des vétérinaires d'Europe avertit que les cirques ne peuvent fournir aux mammifères sauvages des conditions de vie adaptées et de la possibilité d'exprimer leurs comportements normaux et il suffit de 60 secondes pour s'en rendre compte :

Il n'est pas étonnant qu'une vingtaine de pays de l'UE aient pris des mesures nationales contre la détention des animaux sauvages dans les cirques. En France, plus de 100 villes telles que Paris, Rennes, Ajaccio, Bastia, Saint-Raphaël, Strasbourg ou Tourcoing ont pris position pour des cirques sans animaux sauvages, et leur liste ne cesse de s'allonger. Aidez-nous à y ajouter votre commune.

Agissez pour faire pencher la balance

En quelques clics, vous pouvez envoyer le message ci-dessous à votre maire, mais n'hésitez pas à employer vos propres termes. Vous trouverez facilement les coordonnées de votre maire sur Internet en recherchant « mairie », le nom de votre commune et « contact ». 

Prenez un instant pour prendre position pour les animaux car votre voix peut tout changer. Si vous obtenez une réponse, même négative, n'hésitez pas à nous la transmettre.

Madame, Monsieur le maire,

Je vous écris pour vous demander de ne plus accueillir de cirques qui détiennent des animaux sauvages dans notre commune.

Les animaux sauvages utilisés par les cirques sont constamment transportés d'une représentation à une autre dans un environnement où leurs besoins sociaux et physiques les plus élémentaires ne peuvent être satisfaits, ce que la Fédération des vétérinaires d'Europe dénonce. Plus de 90 % du temps, ils sont enfermés dans des « wagons pour bestiaux », ou des enclos temporaires mornes, et peuvent être battus et punis dans le cadre de méthodes de dressage inhumaines. Cela n'a rien d'un « divertissement ».

Des comportements tels que faire les cent pas, balancer la tête compulsivement, ronger les barreaux, tourner en rond voire s'automutiler sont fréquents chez les animaux captifs. Il est maintenant reconnu que ce comportement maladif est causé par la détresse due à la captivité et un mode de vie artificiel.

Parce que les animaux ne font pas de la bicyclette, ne se tiennent pas sur leur tête, ne font pas l'équilibre sur des ballons ou ne sautent pas à travers des cerceaux de feu naturellement, les entraîneurs utilisent des fouets, des bâtons en métal terminés par un crochet, des muselières, des colliers de dressage et d'autres outils douloureux pour les forcer à effectuer leur spectacle.

Je vous appelle donc à prendre des mesures pour empêcher la venue des cirques qui détiennent des animaux sauvages sur le territoire de notre commune. Plus de 100 villes françaises ont déjà pris position comme Paris, Rennes, Ajaccio, Bastia, Saint-Raphaël ou Tourcoing. En Europe, une vingtaine de pays ont pris des mesures nationales d'interdiction.

Les temps ont changé. Il n'est plus acceptable de traiter les animaux comme des objets pour notre amusement. Tous nos concitoyens qui se soucient des animaux vous remercieront d'avoir pris cette décision humaine et de bon sens.

Je vous prie de recevoir mes meilleures salutations.